Axel Kupisiewicz, CEO et fondateur de LASEA

Interview d’Axel Kupisiewicz, CEO et fondateur de LASEA

JW : Bonjour, chez Job Watch nous aimons connaitre les métiers et les gens qui composent notre belle industrie, brièvement quel est votre nom et l’histoire de votre entreprise Lasea ? 

Axel : Mon nom est Axel Kupisiewicz. Je suis le CEO et fondateur de LASEA, créée il y a plus de 20 ans. Nous sommes fabricant de machines de micro-usinage laser pour les secteurs de pointe comme l’horlogerie, le médical ou l’électronique, par exemple. Dans l’horlogerie, nos machines sont conçues pour usiner les pièces liées au mouvement ou à l’habillage. Nous sommes fiers de compter parmi nos clients des sous-traitants mais aussi des maisons faisant partie du top 3 de l’horlogerie en Suisse. En 2017, nous avons ouvert une filiale à Bienne afin de se rapprocher de nos clients pour leur offrir un service local (étude de faisabilité et SAV).

JW : Vous êtes donc Belge, qu’avez-vous appris de la culture de Suisse et qu’est-ce que vous avez importé de votre pays ?

Axel : La Suisse c’est évidemment la rigueur et la précision, des valeurs essentielles chez LASEA. Nos clients des autres secteurs comme le médical sont également à la recherche de cette précision mais l’horlogerie suisse nous demande d’apporter en plus un regard, un feeling plus émotionnel sur notre travail. La Belgique et la Suisse se ressemblent assez bien finalement par leur taille et leur côté multi-langues et multiculturels. 

JW : Pouvez-vous nous expliquer votre savoir-faire ? 

Axel : Nous avons été les premiers à intégrer des lasers femtosecondes dans une machine industrielle il y a 11 ans. L’innovation étant l’ADN de LASEA, notre volonté est de constamment proposer à nos clients ce qui se fait de mieux en terme de qualité et de productivité. 

JW : Expliquez-nous simplement votre technologie ? 

Axel : Nous utilisons la lumière comme outil d’usinage pour ablater de la matière couche par couche, micron par micron, grâce à des lasers pulsés dont la durée de pulse est extrêmement courte (de l’ordre du millionième de milliardième de seconde). 

JW : Qu’avez-vous de plus que vos concurrents ? 

Axel : Nous venons de mettre sur le marché la « LASEA neo », une machine 5x plus puissante et 2x plus compacte que les systèmes conventionnels qui permet de décupler la productivité de nos clients. Nous pouvons évidemment y intégrer notre module de précession qui permet la découpe, gravure et perçage, à flancs droits, de plus en plus demandé par nos clients du secteur horloger.

JW : Quels sont vos clients types ? 

Axel : Pour la Suisse, il s’agit des maisons horlogères, de leurs sous-traitants ou encore des Écoles et Universités. 

JW : Quels produits fabriquez-vous ? 

Axel : Des machines de micro-usinage laser permettant le marquage, la gravure, le perçage, la découpe ou la texturation avec des précisions de quelques microns. 

JW : Que pensez-vous du monde de la sous-traitance horlogère ?  

Axel : Ces acteurs sont indispensables pour répondre aux besoins des maisons horlogères. Nos clients sous-traitants travaillent aussi souvent pour le médical (deuxième secteur pour LASEA) puisqu’il y a beaucoup de similitudes entre les besoins de l’horlogerie et ceux du médical. 

JW : Vous exposez à l’EPHJ quelle surprise nous préparez-nous ? 

Axel : Nous exposerons notre nouvelle machine, la LASEA neo. Nous sommes excités à l’idée de la présenter à nos clients et prospects à l’occasion de ce salon.

JW : Recherchez-vous des profils particuliers ? 

Axel : Oui, LASEA a de nombreux postes ouverts actuellement, en Suisse, en Belgique et aux États-Unis. Nous recherchons des profils techniques, des commerciaux, des managers. Les profils recherchés en Suisse sont d’ailleurs publiés sur la plateforme Job Watch. Notre filiale suisse a pour ambition de doubler ses effectifs dans les prochains mois.

JW : Quelles sont vos valeurs d’entreprises et quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite travailler chez vous ? 

Axel : Les valeurs de LASEA sont l’esprit d’équipe, la satisfaction client, l’innovation et l’amélioration continue. Pour travailler chez nous, il faut savoir s’adapter, encore plus étant donné la période que nous traversons. 

 JW : Et pour conclure, quelle est votre maxime préférée sur le temps ? 

Axel : Ceux qui pensent que c’est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.

Pas de commentaire

Dîtes nous votre avis

5 × trois =