Alexis Maisonobe

Entretien avec Alexis Maisonobe, responsable chez Bucherer Genève

Quel est l’intitulé de votre poste ?

Je suis responsable du département multimarque et haute horlogerie chez Bucherer à Genève.

Quel est exactement votre métier (ce que vous faites au quotidien), votre fonction et votre actualité dans votre entreprise ?

Je gère tout d’abord une équipe de vendeurs expérimentés qui ont des connaissances précises en horlogerie. Je développe au quotidien des moyens pour former, motiver et donner les moyens à mon équipe de se surpasser.

Côté clientèle, les rapports humains sont très importants. Je dois connaître mes clients, beaucoup viennent régulièrement. Il faut donc souvent se renouveler pour maintenir l’intérêt… faire découvrir des nouveautés mais pas uniquement. Nous ne sommes pas seulement là pour vendre des montres, mais faire vivre une expérience aux gens.Des exemples d’expériences : visites manufactures, animations avec les marques, petits déjeuners de collectionneurs de bon matin autour de belles montres, cocktails de présentation, et des dîners parfois privés, agréables et intimistes avec nos clients (une idée de mon directeur qui a beaucoup joué cette année post pandémie pour rester proche de nos clients et les connaître mieux).

Quelle place tient votre métier / fonction dans la chaîne de valeur et création en horlogerie ?

Je suis là pour mettre en avant un métier manuel, valoriser ce bel objet qu’est la montre mécanique. Nous sommes en contact final avec le client, nous avons une responsabilité et un devoir de l’informer précisément sur l’aspect précieux et tous les détails de l’objet qu’il est en train d’acquérir. C’est ça le luxe, prendre le temps de découvrir l’horlogerie, de transmettre les valeurs et l’histoire des manufactures.

Quelles qualités, compétences et background faut-il pour arriver à votre métier / fonction ? 

Les qualités sont le calme, la gestion du stress, d’être réactif et à l’écoute . C’est surtout avoir le sens du commerce, un bon contact avec les gens, être altruiste, avoir du tact, le sourire au quotidien, le client vient nous voir pour passer un bon moment, il doit ressortir satisfait… ça nécessite parfois de la patience ! (rires)

La position de manager est d’être exemplaire, responsable, de prendre sur soi, de garder son sang froid, faire des tâches jugées parfois ingrates devant les autres, les pousser à se dépasser et surtout résoudre un maximum de problèmes au quotidien, en un minimum de temps! Coté compétences, il faut des connaissances pointues en horlogerie. Le luxe appelle l’excellence, pas d’approximation, on aime la précision.

Mon background : les diplômes ne sont pas un gage de réussite, soyons clairs ; il faut de la rigueur, avoir un attrait constant pour la nouveauté et des connaissances pointues. J’ai commencé dans l’horlogerie, mais mon parcours m’a amené à devenir gérant du restaurant familial à Paris, pendant 6 ans. La restauration est un métier très difficile, où la satisfaction du client est également la priorité. Cette expérience m’a appris énormément et à tout point de vue et elle a contribué à mon évolution. Avoir eu à gérer les intérêts familiaux, me permets d’être meilleur gestionnaire aujourd’hui pour la société Bucherer, c’est logique.

Avez-vous un conseil à donner à nos lecteurs pour travailler dans cette industrie et à cette fonction ? 

Je pense tout d’abord que le premier facteur de réussite est la passion. Si vous n’êtes pas passionné par ce que vous faites, vous ne pouvez pas vous épanouir et donc réussir ce que vous entreprenez sur le long terme. La lassitude prend le dessus à un moment donné. La passion vous fait perdurer. L’horlogerie est un métier passionnant, gratifiant mais il faut travailler, et sans cesse se former car tout évolue très vite!

Votre maxime sur le temps ?

« Le temps est un luxe dont nous ne disposons pas »

Interview mené par Alexis de Prevoisin, consultant retail manager, auteur du livre « retail émotions » et chroniqueur d’horlogerie

Pas de commentaire

Dîtes nous votre avis

douze + quinze =