A la découverte des formations en ligne avec la FHH

Ces dernier mois, la création de formations en ligne s’est accélérée avec la crise du COVID-19. La FHH Academy, la seule institution dans le monde à former et certifier les connaissances générales en horlogerie, a adapté ses formations pour pouvoir les dispenser en ligne auprès des différents acteurs de l’industrie.
Rencontre avec Gianfranco Ritschel, formateur et Master Trainer à la FHH Academy.

Gianfranco Ritschel – Expert horloger et formateur FHH

Après s’être illustré comme maître horloger dans d’importantes boutiques et marques indépendantes comme Rolex, Gianfranco Ritschel change de voie pour s’orienter vers un autre aspect du produit : le marketing. Entre 1992 et 1994, il occupe un poste de directeur Commercial et Marketing au sein de Piaget Suisse. Par la suite, il rejoint Bucherer en tant que directeur de succursale et devient membre de l’équipe de direction et, en même temps, directeur de la division Montres de l’ensemble du groupe Bucherer. Il y a 11 ans, il crée sa propre société et collabore depuis 2014 avec la FHH Academy, le département formation de la Fondation de la Haute Horlogerie, en tant que formateur et Master Trainer. Gianfranco donne aujourd’hui toute une palette de cours à travers le monde pour de nombreuses marques et détaillants horlogers.

Sa philosophie: « If you can’t explain it simply, you don’t understand it well enough. »

Qu’est-ce qu’un bon formateur ?

Un bon formateur n’est pas juste un bon « expert » dans son domaine. Il doit aimer les gens, aimer transmettre et partager sans être monothéiste. Globalement, il doit rester très ouvert, savoir écouter et accepter les critiques tout en étant capable de guider et de stimuler son public. Je dirais presque qu’il est un mouton à cinq pattes qui maîtrise à la fois la technique, les différents principes andragogiques et les relations humaines tout insufflant son propre style.

Donniez-vous des cours en ligne avant la crise COVID-19 ?

Jusqu’à mars 2020, les cours de la FHH Academy étaient donnés exclusivement en « présentiel » et ce dans plus d’une vingtaine de pays à travers le monde.
Puis la situation que nous connaissons est arrivée et nous nous sommes dit que si les gens ne pouvaient plus venir en classe, c’était à nous d’aller vers eux. Nous utilisons donc aujourd’hui les technologies modernes pour entrer dans leur salon et dans leur cœur !

C’est une très grande nouveauté pour moi de dispenser ces cours à distance. Il a fallu que j’apprenne rapidement à maîtrise ces nouveaux outils et que je réfléchisse comment adapter les cours existants à ce nouveau mode d’enseignement. C’était un grand challenge, j’y ai passé plusieurs jours et nuits !

Est-ce qu’un cours en ligne nécessite pour vous une organisation différente ?

Oui, complètement. Quand on est dans une classe, en présentiel, il y a énormément de communication non-verbale, on se déplace, on interagit en permanence et on discute souvent. Ceci existe aussi en vidéo-conférence mais c’est bien différent car on ne voit que le visage des participants et certains ne sont même pas visibles. Il a fallu adapter la durée des cours, la manière de les donne et remplacer les outils didactiques habituels par ceux qui sont disponibles dans les programmes de visioconférence.

Durant les cours en ligne vous verrez parfois des participants en train de faire autre chose ou de garder leur caméra éteinte. Parmi les nouvelles générations d’élèves, la plupart sont à l’aise avec les outils informatiques et vérifient en permanence les informations reçues. Il arrive même parfois que certaines personnes contrôlent sur internet mes dires ou cherchent des informations complémentaires suite à mes explications. En tant que formateur, il ne faut pas se sentir vexé si les personnes en face de vous semblent faire autre chose, car il est possible qu’elles s’informent plus en profondeur sur le sujet. Il s’agit simplement de vérifier de temps en temps qu’elles sont toujours avec vous.

Toutefois, il est vrai que les élèves sont plus enclins à être déconcentrés par leur environnement (e-mail, téléphone etc.). C’est donc au formateur de s’adapter, de créer des modules plus courts, plus vivants, plus intrigants. Il est nécessaire de compenser les aléas de la visioconférence en rendant les cours encore plus attractifs.

Il est également crucial de bien utiliser ces nouveaux modes d’enseignement et de s’y adapter. Avec les visioconférences, on pourrait se contenter de simplement livrer les informations mais ce n’est ni efficace, ni intéressant. Il faut laisser les participants découvrir progressivement le contenu par eux-mêmes en les guidant pour qu’ils soient encore plus disposés à l’assimiler de manière durable.

C’est un tout nouveau mode de communication qu’il s’agit d’explorer et de parfaire. Pour moi c’est une grande découverte, comme cela doit l’être pour les conseillers de vente ou les cadres en horlogerie que je forme. On a tous appris à en tirer profit en quelques mois.

Par rapport aux cours en présentiels, les élèves sont-ils aussi assidus, terminent-ils tous leur formation?

Pour le moment, nous n’avons pas encore assez de recul sur le sujet. J’ai bien évidemment la liste des présences et il est possible de savoir qui a suivi le cours à la minute près. Cependant, il est plus difficile de savoir si le contenu du cours a été correctement assimilé et si ces connaissances seront utilisées à bon escient en vente. Néanmoins, nous terminons la plupart de nos cours par le test de la FHH Certification qui permet de valider les connaissances acquises durant la formation. Cet examen est un excellent outil de mesure et permet de palier aux limites des cours en ligne citées précédemment.

Les cours en ligne remplaceront-ils les cours en présentiel ?

Au premier abord, je dirais que les formations faisant appel aux facultés cognitives et à la compréhension des sujets pourront être de plus en plus souvent dispensées en ligne. Les participants accéderont rapidement et facilement aux cours partout dans le monde. C’est très pratique ! Imaginez que vous embauchez dans votre société plusieurs personnes. Là où avant il fallait attendre des mois pour ouvrir une classe et former les nouveaux arrivants, vous pouvez désormais le faire de manière individuelle et presque instantanée !

Il y a toutefois des limites quand il s’agit de former à la bonne application de ces savoirs. Les nuances de l’art de la vente requièrent des compétences faisant appel à l’intelligence émotionnelle. Au-delà du savoir-faire on parle de savoir-être, et ceci est nettement plus difficile à enseigner par écran interposé.

Pensez-vous que les cours en ligne vont encore prendre plus d’importance ?

Oui, c’est une pratique qui va se normaliser dans bien des domaines. La Fondation de la Haute Horlogerie s’est rendue compte du potentiel qu’offrent les cours et les conférences en ligne et il y a encore énormément de possibilités à développer.

La crise COVID-19 nous a amené à répondre différemment aux besoins de formation de l’industrie horlogère : les marques et les détaillants ont été très demandeurs durant cette période où tous leurs collaborateurs étaient « cantonnés » à la maison. Quand nous retrouverons une vie plus normale, je pense que notre mission principale sera de maintenir un bon équilibre entre la formation en présentiel et la formation en ligne.

Formation Watch Specialist – FHH ACADEMY

 

Dites-nous en plus sur cette formation.

Depuis 2014, La FHH a créé une équipe d’une vingtaine de formateurs dont je suis le « Master Trainer ». Nous dispensons différents cours en relation avec les connaissances générales en horlogerie à travers le monde et ceci dans dix langues. A ce jour, plus de 15’500 personnes ont été formées et 4’500 certifiées suite au lancement de la FHH Certification en 2016. La FHH Academy propose un cursus spécial qui permet aux participants d’obtenir la FHH Certification à l’issue de trois niveaux : la formation « Watch Specialist » (niveau 2) est la suite logique du cours « Watch Essential » (niveau 1) qui, comme son nom l’indique, parle des bases de l’horlogerie : des acteurs du monde horloger, du fonctionnement d’un mouvement mécanique, certains matériaux et des performances. La formation de « Watch Specialist » entre plus en profondeur dans ces sujets et en traite des nouveaux. Nous découvrons plus en profondeur certaines complications, nous traitons des nouveaux matériaux tel que le carbone, le silicium et parlons des métiers d’art appliqués en horlogerie entre autres.

A qui s’adresse ces formations ?

Le but premier de la Fondation Haute Horlogerie est de former les acteurs de l’industrie horlogère et principalement les conseillers de vente ou le personnel des marques horlogères. Pour ces professionnels il s’agit de découvrir un monde derrière le produit. J’aime dire à mes élèves : Ne parlez pas de ce que le client peut voir, mais parlez de ce qui est « invisible » derrière la montre, tels que les raisons qui ont amené à réaliser cette montre, qui l’a créé, en combien de temps etc. C’est l’invisible qui rend l’objet intéressant.

Depuis un certain temps déjà, la FHH s’adresse aussi aux amateurs de belles montres comme au grand public afin de leur prodiguer les clés de compréhension de cet univers. A Hong Kong par exemple, nous avons un partenariat avec une université où des particuliers s’inscrivent pour suivre nos cours. Nous avons aussi des expériences concluantes aux États-Unis et en Suisse et nous continuons à étoffer cette offre. Nous sommes contactés de plus en plus souvent par des personnes qui ne sont pas issues du milieu horloger mais qui y cherchent une porte d’entrée. Les cours de la FHH Academy sont un excellent moyen de stimuler sa carrière dans l’industrie horlogère.

La FHH Certification ?

En 2016, la FHH a créé la FHH Certification, la première certification à valider les connaissances générales en horlogerie. A travers cette certification, l’objectif principal de la FHH est de fournir aux professionnels du secteur et aux passionnés une certification reconnue, afin qu’ils démontrent leurs compétences sur le marché. Cette dernière est basée sur quatre thèmes distincts et plusieurs milliers de questions.  Il s’agit de l’unique certification en horlogerie qui n’est pas donnée par une marque spécifique, qui est dispensée en plusieurs langues et qui est ouverte à tout le monde. De ce fait, déjà plus de 4’500 personnes l’ont passée avec succès aujourd’hui.

Job Watch & FHH, le partenariat

Job Watch et la Fondation de la Haute Horlogerie sont heureux de pouvoir s’allier pour faire connaitre le monde de l’horlogerie, auprès du public et des professionnels, encore plus efficacement. Durant ces prochains mois, nous collaboreront sur divers projets et événements.

Envie de découvrir les formations de la Fondation de la Haute Horlogerie ?

Rendez-vous sur jobwatch.ch !

Pas de commentaire

Dîtes nous votre avis

11 + dix-huit =