L’optimisme, un atout insoupçonné

A vouloir bien faire nous avons souvent tendance à compliquer les choses, au risque d’oublier les bases. Nous savons tous que notre “état d’esprit”, ou plutôt notre comportement vis-à-vis des défis que nous avons à relever aura une influence plus ou moins importante sur la finalité des événements. Or, il arrive que nous mettions cet aspect de côté, sous prétexte que ce sont des considérations subjectives.

Lorsqu’il s’agit d’éléments importants pour notre bien-être, nous sommes fréquemment en quête de sécurité. Cela peut même nous amener à agir de façon inhabituelle ou à prendre des décisions qui vont à l’encontre de nos envies profondes par crainte de nous tromper et d’avoir ensuite à assumer des conséquences douloureuses.

Cela est particulièrement vrai dans le cadre d’une recherche d’emploi. Si l’on considère la proportion de temps que nous passons au travail ainsi que la rémunération, le temps de trajet ou encore les relations avec nos collègues, tout cela est bien suffisant pour créer un stress important lors des étapes précédant la signature du contrat. Le stress que nous ressentons avant et lors d’un entretien n’est que la manifestation de l’anxiété causée par l’impact qu’un emploi a sur notre vie.

Néanmoins, contrairement à ce que nous pourrions penser, nous avons généralement plutôt tendance à l’optimisme. Nous ne nous focalisons pas sur le taux de divorce lorsque nous allons nous marier, ni sur la probabilité de l’occurrence d’une maladie que pourrait causer notre mode de vie. Bien que conscients des risques pour autrui, nous semblons les réduire plus ou moins considérablement en fonction de notre degré d’optimisme lorsqu’il s’agit de nous ou de nos proches.

Ainsi, dans une étude menée par R.J. Dolan, C.W. Korn et T. Sharot, nous apprenons qu’être optimiste change non seulement la réalité subjective (ce que nous croyons ou percevons être), mais également la réalité objective (ce qui est). Autrement dit penser, croire et/ou imaginer qu’un événement se passera de manière positive accroît la probabilité de réussite. Par ailleurs, il a également été démontré qu’être optimiste était bénéfique pour la santé en réduisant le taux de stress et d’anxiété.

Et si vous vous armiez de ces faits pour modifier votre perspective et affronter les prochains entretiens d’embauche qui vous attendent ? Vous savez maintenant qu’être optimiste peut être un facteur de réussite dans vos démarches. A vous de saisir cette opportunité d’utiliser les ressources qui sont à votre portée !

Rejoignez la communauté jobwatch.ch sur Facebook et Linkedin et tenez-vous au courant de l’actualité des secteurs de l’horlogerie et de la microtechnique.

Pas de commentaire

Dîtes nous votre avis

9 + deux =